dimanche 31 mars 2013

Message Urbi et Orbi du pape François



Le pape François a délivré son premier message Urbi et Orbi. Il a parlé en faveur de la Paix au Moyen-Orient, en Afrique et en Extrême-Orient, mais il a donné le chemin pour cette Paix.

"Voilà ce qu’est Pâques : c’est l’exode, le passage de l’homme de l’esclavage du péché, du mal à la liberté de l’amour, du bien. Parce que Dieu est vie, seulement vie, et sa gloire c’est nous : l’homme vivant (cf. Irénée, Adversus haereses, 4, 20, 5-7).

Chers frères et sœurs, le Christ est mort et ressuscité une fois pour toujours et pour tous, mais la force de la Résurrection, ce passage de l’esclavage du mal à la liberté du bien, doit se réaliser en tout temps, dans les espaces concrets de notre existence, dans notre vie de chaque jour. Que de déserts, aujourd’hui encore, l’être humain doit traverser ! Surtout le désert qui est à l’intérieur de lui, quand manque l’amour pour Dieu et pour le prochain, quand manque la conscience d’être gardien de tout ce que le Créateur nous a donné et nous donne. Mais la miséricorde de Dieu peut faire fleurir aussi la terre la plus aride, peut redonner vie aux ossements desséchés (cf. Ez 37, 1-14).

[...]

Et ainsi demandons à Jésus ressuscité, qui transforme la mort en vie, de changer la haine en amour, la vengeance en pardon, la guerre en paix. Oui, le Christ est notre paix et par lui implorons la paix pour le monde entier !"

Source : site du Saint-Siège au Vatican

Joyeuses Pâques !



Le Christ est ressuscité ; il est vraiment ressuscité ; Alleluia !

Joyeuses fêtes de Pâques à tous ceux qui passent...


vendredi 29 mars 2013

Recension d'un livre du pape François par Le Figaro





Une recension très intéressante par Jean-Marie Guénois, du Figaro, du livre du pape François, ex-cardinal Jorge Mario Bergoglio, « Seul l’amour nous sauvera » (copublié par Parole et Silence, Éditions du Rocher, La Librairie éditrice vaticane, 190 p., 15 €). Il est préfacé par le cardinal André Vingt-Trois. Jean-Marie Guénois en donne quelques extraits marquants.
http://view.atdmt.com/FRM/view/442333375/direct/01/
• Société de «caprices adolescents»
«Nous sommes poussés par l'appétit insatiable de pouvoir, le consumérisme et la fausse éternelle jeunesse qui rejettent les plus faibles comme une matière méprisable d'une société devenue hypocrite, occupée à assouvir son désir de “vivre comme il nous plaît” (comme si c'était possible) et guidée uniquement par la satisfaction de caprices adolescents. Le bien public et commun nous semble de peu d'importance, pourvu que notre “ego” soit satisfait. Nous sommes scandalisés de certaines réalités sociales exposées par les médias… Mais nous reprenons au plus vite notre carapace, et rien ne saurait nous décider à assumer la conséquence politique qui devrait être la plus haute expression de la charité. Les plus faibles sont éliminés: les enfants et les personnes âgées. Il m'arrive de penser que nous nous conduisons envers les enfants et les jeunes comme des adultes ayant renoncé.» 

• «Narcissisme» et «fétichisme» du corps
«Nous livrons nos vies et, bien pire, celle de nos enfants et de nos jeunes aux solutions miracles et destructrices des drogues (légales ou non), du jeu légalisé, de l'automédication, de la banalisation de spectacles sans contenu, du soin fétichiste apporté au corps. Nous les emprisonnons dans le narcissisme et le consumérisme. Et nous jetons nos anciens, qui méprisent ce narcissisme et ce consumérisme, à la décharge existentielle. C'est ainsi que le manque d'amour instaure la “culture de la décharge”: ce qui ne sert plus, on le jette. (…)»

• Pas de politique sans amour
«Le manque d'amour, son abaissement et son abâtardissement permanents, malgré quelques discours pseudo-religieux, ne fait pas que nous déshumaniser. Il finit par nous dépolitiser. L'amour, en revanche, pousse à prendre soin des biens et surtout du bien commun, qui génère et accroît les biens particuliers. Une politique sans amour du prochain, sans passion pour le bien, aboutit à un rationalisme de la négociation ou à un appétit vorace uniquement tourné vers la jouissance du pouvoir. Aucune éthique n'est ici possible, car l'autre ne suscite aucun intérêt.»

• «Le vrai pouvoir, c'est l'amour»
«Concernant le pouvoir: l'exercice consistant à rechercher toujours plus de pouvoir, en guise d'adrénaline, crée aujourd'hui un sentiment artificiel de plénitude et conduira demain à l'autodestruction. Le vrai pouvoir, c'est l'amour. C'est lui qui donne aux autres leur force, qui suscite des initiatives, lui qu'aucune chaîne ne peut entraver puisqu'il est possible d'aimer jusque sur la croix ou sur son lit de mort. Il n'a besoin ni de beauté juvénile, ni de reconnaissance ou d'approbation, ni d'argent ou de prestige. Il se contente de jaillir… Et on ne peut l'arrêter. Si on le calomnie ou qu'on le détruit, il en acquiert une reconnaissance encore plus incontestable. Ce Jésus, si faible et insignifiant aux yeux des politologues et des puissants de la terre, a révolutionné le monde.»

• Contre le mariage homosexuel
«Nous ne voulons pas juger ceux qui pensent et ressentent différemment que nous. (…). Le mariage précède l'État, il est le socle de la famille, la cellule de la société, antérieure à toute loi et même à l'Église. Par conséquent, l'adoption du projet de loi serait un grave recul anthropologique. Le mariage (formé d'un homme et d'une femme) n'est pas la même chose que l'union de deux personnes de même sexe. Distinguer n'est pas discriminer, mais respecter; différencier pour discerner consiste à évaluer correctement, pas à discriminer. (…) Nous ne pouvons pas enseigner aux générations futures qu'il est équivalent de se préparer à développer un projet familial fondé sur un engagement de relation stable entre un homme et une femme, que de vivre avec une personne du même sexe (…). Je vous en conjure, qu'il n'y ait de votre part, ni dans vos paroles ni dans vos cœurs, aucune marque d'agressivité ou de violence envers aucun frère.»

• Attention aux délocalisations
«On ne peut pas nier qu'un certain capital peut faire le bien quand il est investi à l'étranger au lieu de l'être dans sa propre patrie. Mais la justice doit être préservée, en tenant compte de la manière dont s'est formé ce capital et du préjudice pour les gens du fait de sa non-utilisation dans son lieu d'origine. Il faut éviter que les démarches financières soient motivées par la spéculation et cèdent à la tentation de chercher uniquement le bénéfice immédiat, au lieu de chercher la pérennité à long terme de l'entreprise, son utilité pour l'économie réelle et la promotion (…). Cependant, il n'est pas licite de délocaliser uniquement pour profiter de conditions particulièrement favorables, ou, pire encore, pour exploiter sans apporter à la population locale de véritable contribution (…). Nous pourrions dire que le capital aussi a une patrie.»

• Ouvrir les portes de l'Église
«Franchir le seuil de la foi, c'est vivre dans l'esprit du Concile, une Église aux portes ouvertes, non seulement pour recevoir, mais surtout pour partir et remplir d'Évangile la rue et la vie des hommes de notre temps.»

• «Satan» et les «ténèbres»
«Attention: nous ne luttons pas contre des pouvoirs humains, mais contre la puissance des ténèbres. Comme il l'a fait avec Jésus, Satan cherchera à nous séduire, à nous égarer, à nous offrir des “alternatives viables”. Nous ne pouvons pas nous payer le luxe d'être crédules ou suffisants. Il est vrai que nous devons dialoguer avec tout le monde, mais on ne dialogue pas avec la tentation.»

• Les «chrétiens amidonnés»
«L'autre fils répond: “Oui, Père, j'y vais”, mais il n'en fait rien. Il n'obéit pas à son père, mais sauve les apparences: ce sont les chrétiens “amidonnés”, ces chrétiens aux bonnes manières mais mauvaises habitudes.
-Je suis très catholique, Père, je fais partie de telle et telle association.
-Dis-moi, as-tu des employés de maison chez toi?
-Oui, Père.
-Et comment les paies-tu: officiellement ou au noir?
-Eh bien, Père, si on commence à se poser ces questions, évidemment…
C'était juste une question. Et si l'on va plus loin, on comprend qu'ils mènent une terrible double vie. Les chrétiens comme ce fils, les chrétiens pharisiens sont ceux qui font le plus de tort au peuple de Dieu.»

• Les hypocrites du clergé
«À ceux qui étaient scandalisés de le voir manger avec les pécheurs, les publicains, Jésus répond: “Les publicains et les prostituées vous précéderont”, alors que c'était la lie de la société de l'époque. Jésus ne les supporte pas. Ce sont eux qui ont cléricalisé - pour dire les choses clairement - l'Église du Seigneur. Ils l'encombrent de préceptes. Je le dis avec tristesse, et pardonnez-moi si j'ai l'air de les dénoncer ou de les insulter, mais il y a dans notre région ecclésiastique des prêtres qui refusent de baptiser les enfants de mères célibataires sous prétexte qu'ils ont été conçus hors des liens sacrés du mariage. Ce sont les hypocrites d'aujourd'hui. Ceux qui ont cléricalisé l'Église.

Ceux qui éloignent du salut le peuple de Dieu. Et cette pauvre fille qui, alors qu'elle pouvait renvoyer son enfant à l'expéditeur, a eu le courage de le mettre au monde, erre de paroisse en paroisse en demandant qu'on le baptise! (…) Cléricaliser l'Église est une hypocrisie pharisienne. L'Église du “entrez par ici que nous vous disions les règles à suivre, et ce qui n'y entre pas n'en est pas” est pharisienne. Jésus nous montre l'autre voie: sortir. Sortir pour témoigner, pour s'approcher de son frère, pour partager, pour questionner. S'incarner.»

• «Non à la frivolité spirituelle»
«Le pire des maux qui puissent atteindre l'Église, c'est de tomber dans la frivolité spirituelle, comme l'indiquait le cardinal de Lubac. C'est le pire des maux dont puisse souffrir l'Église, pire encore que la débauche des papes d'autrefois. Cette frivolité spirituelle qui consiste à faire ce qui fait bonne impression, à être comme les autres, de cet embourgeoisement spirituel, du respect des horaires, du statut: “Je suis chrétien, je suis consacré ou consacrée, je suis prêtre.” Ne vous commettez pas avec le monde, dit Jacques. Non à l'hypocrisie. Non au cléricalisme hypocrite. Non à la frivolité spirituelle (…). Oui à la proximité, au chemin parcouru avec le peuple de Dieu, à la tendresse spéciale envers les pécheurs, ceux qui sont plus loin, et souvenons-nous que Dieu vit au milieu d'eux. Que Dieu nous accorde cette grâce de la proximité, qui nous préserve de tout comportement gestionnaire, frivole, prosélyte, clérical, et qui nous rapproche de sa voie: marcher avec le peuple saint de Dieu.»


mercredi 27 mars 2013

mardi 26 mars 2013

Manif pour Tous : 24 mars 2013




Très belle et impressionnante manifestation pour la famille selon le cœur de Dieu ce dimanche 24 mars, jour de la fête des Rameaux ! C'était très bien organisé et nous avons eu la chance d'écouter des témoignages émouvants, comme celui de cette personne d'origine coréenne (cf. vidéo ci-dessus), des interventions très pédagogiques (sur l'absurde idéologie du genre ou bien sur des conséquences du projet de loi par des juristes) et des interventions politiques très diversifiées.

Bravo à tous les organisateurs et à tous ces bénévoles !

En revanche le pouvoir est aux abois, car il semble avoir très sérieusement dérapé lors de cette manifestation, avec des violences policières disproportionnées avec la situation réelle. Il faut écouter un témoignage très révélateur (diffusé par le site Le Salon Beige):




Isabelle manifeste son écoeurement par Le_Salon_Beige


Mais le plus incroyable, c'est le témoignage du député Lionel Tardy sur son site: http://www.lioneltardy.org/archive/2013/03/26/point-sur-les-debordements-de-la-manifestation-pour-tous-a-p.html

Il explique les évènements de façon très claire, avec des schémas. Il s'étonne que des questions n'aient pas été posées par les médias aux autorités sur ce qui s'est vraiment passé et non sur une version officielle manifestement non crédible.





Il me semble utile de rappeler ici ce que dit le Catéchisme de l’Église Catholique dit au n°2211, à propos de la famille et de la société:

La communauté politique a le devoir d’honorer la famille, de l’assister, de lui assurer notamment :
– la liberté de fonder un foyer, d’avoir des enfants et de les élever en accord avec ses propres convictions morales et religieuses ;
– la protection de la stabilité du lien conjugal et de l’institution familiale ;
– la liberté de professer sa foi, de la transmettre, d’élever ses enfants en elle, avec les moyens et les institutions nécessaires ;
– le droit à la propriété privée, la liberté d’entreprendre, d’obtenir un travail, un logement, le droit d’émigrer ;
– selon les institutions des pays, le droit aux soins médicaux, à l’assistance pour les personnes âgées, aux allocations familiales ;
– le protection de la sécurité et de la salubrité, notamment à l’égard des dangers comme la drogue, la pornographie, l’alcoolisme, etc.
– la liberté de former des associations avec d’autres familles et d’être ainsi représentées auprès des autorités civiles (cf. FC 46).


samedi 23 mars 2013

Inédite rencontre entre le Pape François et Benoît XVI



Rencontre à Castel Gandolfo le 23 mars 2013, inédite dans l'histoire de l'Eglise, entre le pape François et le pape émérite Benoît XVI.

A lire aussi, l'article de Radio Vatican de Romilda Ferrauto intitulé: "Benoît et François : la rencontre de deux papes". Et un autre article de Radio Vatican est consacré à cette rencontre intitulé: "Nous sommes frères".


dimanche 17 mars 2013

Tous en Prière 22 mars et Manif pour Tous 24 mars



Face au projet de loi « Mariage pour tous », l'initiative d'utiliser les armes du jeûne et de la prière pour la France et la Famille continue. Le 22 mars 2013, jeûnez et priez pour la France et la Famille. Cette initiative est soutenue par le Cardinal Philippe Barbarin, Mgr Dominique Rey, Mgr Raymond Centène, Mgr Jean-Pierre Cattenoz, Mgr Alain Castet, par de nombreux monastères, communautés religieuses et prêtres. A Montpellier, un apprès-midi de prière est prévu à la cathédrale Saint-Pierre (http://www.tousenpriere.com/diocese-de-montpellier-cathedrale-saint-pierre/).

L'initiative s'appelle "Tous en prière" : http://www.tousenpriere.com/


Et le 24 mars se déroule la "Manif pour tous" pour obtenir le retrait du projet de mariage entre personnes de même sexe, projet qui subvertit le mariage véritable et qui porte atteinte aux droits de l'enfant. Nous devons être nombreux à Paris. Pendant ce temps des personnes qui ne peuvent pas se déplacer prient dans certaines églises et chapelles. En effet, d'après sainte Thérèse de Lisieux, « Il faut toujours prier comme si l’action était inutile et agir comme si la prière était insuffisante. »

http://www.lamanifpourtous.fr/

[Mise à jour du 22 mars]: finalement la manifestation va se dérouler avenue de la Grande Armée !

Il me semble aussi très utile, d'une part de rappeler la déclaration de Mgr Pierre-Marie Carré, archevêque de Montpellier, en novembre 2012, d'autre part de signaler ici la très belle lettre de Mgr Aillet, évêque de Bayonne, Lescar et Oloron, à ses diocésains pour les encourager à manifester le 24 mars. Il dit en particulier qu'il s'agit surtout "de montrer qu’il existe en France un vaste et profond mouvement de résistance spirituelle, morale, sociale et politique, sous-estimé par les organes institutionnels et les appareils de partis".

Source : site http://saintsymphorien.net/

mercredi 13 mars 2013

Bienvenue au pape François !




UN PAPE JÉSUITE, MARIAL, QUI CHOISIT LE PATRONAGE DE SAINT FRANÇOIS D'ASSISE, DÉFENSEUR DE LA VIE HUMAINE
Le card. Jorge Maria Bergolio devient François
Premier pape d'Amérique latine

Source : agence Zenit

13 mars 2013 : Anniversaire de la naissance de Marthe Robin





Marthe Robin, (13 mars 1902, Châteauneuf-de-Galaure - 6 février 1981), est une mystique catholique française, fondatrice des Foyers de Charité, connue pour des phénomènes tels que des apparitions mariales, des stigmates et l'inédie que lui attribuent divers témoins de son époque.


Elle est une des plus grandes figures spirituelles françaises du XXe siècle.

Cette fille d'agriculteurs, frappée par la maladie dès sa jeunesse, a reçu auprès d'elle plus de 100 000 personnes.

Celle qui n'a pas quitté la ferme d'un petit village de la Drôme pendant plus de cinquante ans a eu un rayonnement international.

Marthe a vécu la "sainteté" avec humilité, comme simple baptisée, en témoignant de la proximité de Dieu avec chaque homme.

Confrontée très jeune à l'épreuve de la souffrance, elle diffuse un message universel d'espérance qui dépasse les frontières françaises et se répand sur tous les continents. Paralysée, elle rayonne de bonheur et partage avec chacun le secret de sa joie.


Le 10 février 1936 a lieu une rencontre décisive entre Marthe Robin et l’Abbé Georges Finet, du diocèse de Lyon. C’est par lui que sera fondé le premier Foyer de Charité demandé par Marthe après une révélation reçue de Dieu. 

Aujourd'hui présentes dans plus de 40 pays, ces communautés proposent de faire l'expérience d'une retraite spirituelle et d'une renaissance intérieure.



Son dossier en vue d'une éventuelle béatification a été déposé auprès des autorités diocésaines en 1987 puis transmis au Vatican en 1996. Le 6 mai 2010 a été signée à Rome, à la Congrégation pour les causes des saints, la « Positio », recueil élaboré à partir de tous les éléments recueillis visant à authentifier sa réputation de sainteté et transmis au pape Benoît XVI pour décision de vénérabilité.

Sources : Wikipedia et le site web de Marthe Robin

lundi 11 mars 2013

Il n’avait plus visage humain… Mot de Mgr Cattenoz




"En ce début de carême, j’ai mal pour mon pour mon pays : je le vois s’enfoncer dans une spirale d’horreur où, après avoir présenté le mariage pour tous comme une avancée sociale, nos gouvernants s’apprêtent à faire voter une loi sur la famille avec un droit à l’enfant qui l’emportera sur le droit des enfants. Une mère porteuse donnera la vie à un enfant et dès sa naissance il sera donné ou « vendu » à un « couple d’hommes ». Personne ne s’intéresse au traumatisme que cela représentera pour l’enfant de se voir séparer de SA mère pour être élevé par deux « papas ». Ensuite, ne vous y trompez pas, tout est programmé, il y aura l’euthanasie ou plus exactement pour ne pas froisser les consciences délicates, « le droit à mourir dans la dignité ». Comme autrefois pour le droit à l’avortement, on modifie le vocabulaire « pour en cacher la véritable nature et en atténuer la gravité dans l’opinion », « mais aucune parole ne réussit à changer la réalité des choses : l’avortement provoqué est le meurtre délibéré et direct, quelle que soit la façon dont il est effectué, d’un être humain dans la phase initiale de son existence » (Le Bienheureux Jean-Paul II, l’Évangile de la vie, n°58). Il en sera de même pour l’euthanasie qui nous rappelle de tristes souvenirs. Il restera à voter le droit à l’eugénisme qui nous permettra de nous débarrasser de tout enfant chez qui apparaîtrait un handicap trop lourd et pour la famille et pour la société.

En ce début de carême, j’ai mal pour mon pays : je le vois s’enfoncer dans une crise économique sans précédent, des usines ferment par centaines, plus de mille au jour d’aujourd’hui depuis seulement quatre ans. Des dizaines de milliers de personnes perdent leur emploi du fait de ces fermetures sans compter tous les emplois induis chez les sous-traitants. ArcelorMittal, Goodyear, Petit-Couronne, et la liste s’allonge de semaine en semaine. Chaque jour dans ma prière, je porte tous ces hommes et ces femmes qui se retrouvent au chômage et souvent n’osent même pas l’annoncer à la maison car ils mesurent la catastrophe que cela représente. La soupe de l’amitié, l’accueil de jour du Secours Catholique, du Secours populaire ou des Restos du cœur, autant de structures qui n’arrivent plus à faire face à l’impossible. Les subventions de l’État ou de l’Europe sont en chute libre et des familles entières s’enfoncent dans la misère et la précarité. Pendant ce temps, d’autres vont s’installer en Belgique ou ailleurs pour sauvegarder leur patrimoine. Allez comprendre !

Face à tous ces drames, Il n’a plus figure humaine, il ressemble à une loque humaine, comme un agneau qu’on mène à l’abattoir, il n’ouvre pas la bouche. Pourtant il prenait sur lui nos maladies, il se chargeait de nos infirmités. « Il était méprisé, abandonné de tous, homme de douleur, familier de la souffrance, semblable au lépreux dont on se détourne. Pourtant c’était nos souffrances qu’ils portait, nos douleurs dont il s’était chargé » (Is 53,3-4).

Je ne peux quitter des yeux sa croix. Avec le disciple bien-aimé, je reste là à regarder. Je l’entends dans un dernier sursaut s’écrier : « J’ai soif ! ». Oui, il a soif d’un monde nouveau, il a soif d’une humanité enfin réconciliée avec elle-même, il a soif de laisser déborder sur le monde les sources de l’amour, les sources de la vie. Elles vont couler de son côté transpercé, enfin il va pouvoir donner, répandre l’Esprit, mais allons-nous l’accueillir ?

Mystérieusement, au moment même où les disciples ont tous disparu, où la foule, les soldats, les grands prêtres, tous se déchaînent contre lui pour crier à Pilate : « Crucifie-le ! Crucifie-le ! Libère-nous Barabbas ! », Lui, le Fils du Père donne sa vie pour que nous tous, nous puissions retrouver notre dignité d’enfant bien-aimé du Père.

Pendant ce temps de carême, je voudrais pouvoir rester à contempler le crucifié pour lui dire : « Aie pitié du pécheur que je suis ! » Alors, je pourrai l’entendre me dire comme au bon larron : « Aujourd’hui même, tu seras avec moi en paradis ! »

Bon carême à tous."

+ Jean-Pierre Cattenoz, archevêque d’Avignon

Source: site du diocèse d'Avignon

vendredi 8 mars 2013

Sentinelles de l'invisible



Homélie du pape Jean-Paul II, prononcée le 15 août 2004, depuis la prairie des Sanctuaires,  pour la fête de l'Assomption en l'année du 150ème anniversaire de la promulgation du dogme de l'Immaculée Conception (1854) : http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/homilies/2004/documents/hf_jp-ii_hom_20040815_lourdes_fr.html

"De cette grotte, je vous lance un appel spécial à vous, les femmes. En apparaissant dans la grotte, Marie a confié son message à une fille, comme pour souligner la mission particulière qui revient à la femme, à notre époque tentée par le matérialisme et par la sécularisation: être dans la société actuelle témoin des valeurs essentielles qui ne peuvent se percevoir qu’avec les yeux du coeur. A vous, les femmes, il revient d’être sentinelles de l’Invisible ! A vous tous, frères et soeurs, je lance un appel pressant pour que vous fassiez tout ce qui est en votre pouvoir pour que la vie, toute vie, soit respectée depuis la conception jusqu’à son terme naturel. La vie est un don sacré, dont nul ne peut se faire le maître.

La Vierge de Lourdes a enfin un message pour tous: le voici: soyez des femmes et des hommes libres ! Mais rappelez-vous: la liberté humaine est une liberté marquée par le péché. Elle a besoin elle aussi d’être libérée. Christ en est le libérateur, Lui qui «nous a libérés pour que nous soyons vraiment libres» (Ga 5, 1). Défendez votre liberté !"

samedi 2 mars 2013

Conférence d'Annie Laurent le 7 mars à Montpellier



Le jeudi 7 mars 2013 à 20h30, au couvent des Carmes de Montpellier, Annie Laurent tiendra une conférence publique. Elle est intitulée : "Les Chrétiens d'Orient face aux révoltes arabes".

Le couvent des Carmes se situe 10 bis rue Moquin-Tandon à Montpellier, à côté de l'arrêt de tramway Philippides.

Annie Laurent est aussi vice-présidente de l'association Clarifier.

[Mise à jour du 8 mars] La conférence d’Annie Laurent a été très intéressante. Après une introduction sur les principes de l'Islam et ses conséquences pour la vie et les droits des chrétiens d'Orient, Annie Laurent a développé son propos sur la situation des 3 pays du Proche-Orient : l'Egypte, la Syrie et le Liban. Sa connaissance très grande du sujet avait amené le pape Benoît XVI à la désigner comme expert lors du synode des évêques pour le Proche-Orient en 2010.