mercredi 22 décembre 2010

Joyeux Noël !



Absent pour les fêtes de Noël, j'ai juste le temps de mettre ce petit mot pour souhaiter un joyeux Noël à tous ceux qui passent.

L'an dernier, le même jour (22 décembre), j'avais posté l'évangile du jour (le Magnificat) dans un petit article ici référencé.


"A Bethléem, dans l'enfant de la crèche, Dieu ne s'impose à l'homme ni par sa puissance, ni par sa sagesse, mais il fait appel à son coeur et à sa libre et humble décision d'accepter son amour." (Benoît XVI)

-

dimanche 19 décembre 2010

Bienheureux Urbain V, pape à Avignon (+ 1370)


Ce fut un pape français, à Avignon, et le seul des papes d'Avignon à avoir été béatifié.

Guillaume Grimoard, abbé de Saint-Victor de Marseille, fut élu pape en 1362. Il a été choisi hors du Sacré Collège. Il jouissait d'une réputation irréprochable, voire était considéré par beaucoup comme un saint homme. De famille noble originaire de Lozère (il est né en 1310 à Grizac), Guillaume fut un brillant serviteur de l'Eglise, il a entreprit pour Clément VI et Innocent VI des missions délicates en Italie. Il choisit le nom d'Urbain V, en référence à la ville de Rome (Urbs est le surnom de Rome, il signifie "la Ville" en latin).

Auparavant, il vint à Montpellier, y enseigna et devint un spécialiste renommé du droit. Il fut reçu docteur en 1342. Il se trouvait toujours dans cette ville lorsque se propagea la terrible peste noire de 1348.

Plus tard, il fut nommé prieur au diocèse d'Auxerre. Le 13 février 1352, le pape Clément VI le plaça à la tête de l’abbaye Saint-Germain d'Auxerre puis Innocent VI le nomma abbé de Saint-Victor, la prestigieuse abbaye marseillaise, le 2 février 1361, après le décès d'Étienne de Clapier. Dans toutes ses charges, il était dit « moult sainct homme et de belle vie, grand clerc et qui moult avait travaillé pour l’Église ».

Après son élection, le pape s'attela à la lourde tâche de réformer les moeurs de l'Eglise. La reine de Naples et le roi de France Jean lui demandèrent conseil et assistance. Il tenta de mettre en place avec ce dernier une croisade, avortée à la mort du roi.

Le pape Urbain V voulut débarrasser la Provence des Grandes Compagnies. Il parvint à les envoyer se battre en Espagne, mais dut acquitter à leur chef Bertrand du Guesclin une somme considérable.

 En septembre 1366, Urbain V décidait de revenir à Rome, au grand regret des français et des avignonnais. Il quitta Avignon le 30 avril 1367 et entra dans Rome en liesse le 16 octobre suivant. La joie du retour dura peu de temps. Les cardinaux français et italiens se déchirèrent, l'insécurité se propagea, Pérouse se révolta, Bernabo Visconti de Milan pilla la Toscane. Urbain V, isolé dans Rome, décida de retourner à Avignon en septembre 1370. Il mourut le 19 décembre de la même année dans le petit palais.

Durant son pontificat, l'oeuvre et le caractère d'Urbain V ont fait l'unanimité. Son courageux retour à Rome fut avorté mais le retour du souverain pontife dans la ville éternelle ne fut plus qu'une question de temps.

Sources : site horizon-provence.com et Wikipedia
-

lundi 6 décembre 2010

Blog en pause pour une dixaine de jours

Etant en déplacement professionnel, le blog sera en pause pendant une dixaine de jours.

Bonjour à tous ceux qui passent et bon temps de l'Avent !
-

vendredi 3 décembre 2010

Un intéressant article de France Catholique, traduction en français d'un texte de Matthew Hanley


Sur le site web de la revue France Catholique, et daté du 2 décembre, la traduction en français d'un intéressant article de Matthew Hanley est accessible:

http://www.france-catholique.fr/La-deformation-des-declarations.html

Il s'intitule "La déformation des déclarations courageuses de Benoît XVI". Il fait allusion à ses déclarations dans l'ouvrage d'entretiens : "Lumière du monde. Le pape, l'Eglise et les signes des temps. Un entretien avec Peter Seewald".
-